Archive pour la Catégorie 'Cinéma'

Page 8 sur 8

Control

La vie de Ian Curtis, leader du groupe mythique de rock anglais Joy Division. Tiraillé entre sa vie de famille, sa gloire naissante et son amour pour une autre femme, Ian Curtis s’est suicidé le 18 mai 1980, à la veille de la première tournée américaine du groupe qui s’annonçait triomphale.

Non, Ian Curtis n’était pas suicidaire, non il n’était pas dépressif. Ian était simplement une personne hypersensible ce qu’on appelle une belle personne. Il n’a pas su gérer cette hypersensiblité et comme le dit si judicieusement le titre du film il n’a pas su la contrôler.Voilà le drame de cette histoire. Cette histoire dans l’Histoire du rock, Anton Corbijn a su en faire un très beau film et s’extirper des poncifs du genre. Joy Division n’est pas entré dans la légende à cause d’un cri déchirant au petit matin blême mais bien parce son chanteur avec un talent et une sensibilité hors du commun a écrit des textes qui touchent ce qui a de plus noble en nous. Merci à Anton pour l’avoir signifié, enfin un film digne de la musique dont je suis le plus proche. C’est un grand hommage et celà m’a énormément touché.

Little chidren, petits bourgeois.

Little chidren, petits bourgeois. dans Cinéma affichelesenfantsdechoeya9 

Je me suis longuement questionné avant d’écrire un article sur ce film et même d’émettre une critique car ce n’est pas le but de ce blog mais j’ai plongé. pourquoi ? parce que tout d’abord cette oeuvre fait écho à une oeuvre majeure de la littérature Madame Bovary mais malheureusement se heurte à ses limites quand le livre de Flaubert ose ce que tout artiste se doit de faire, aller au bout de sa propre vérité s’entend sa sensibilité. mais voilà nous avons affaire souvent à la même rhétorique commune du film américain adulte, sauver les apparences ainsi tout est bien qui finit bien. Un modus operandi qui annihile le message du film, cette dénonciation de l’hypocrisie de cette bourgeoisie puritaine, frustrée sexuellement qu’avait en son temps si magistralement illustrée Flaubert. finalement le film devient, un petit peu ce qu’il semble accuser, petit bourgeois.

«La mort est le voile que les vivants appellent la vie.»

Le voile des illusions dont le titre original est The painted veil est l’adaptation très réussie d’un roman de Somerset Maugham. Lui même avait emprunté le titre de son roman à une citation de Percy Shelley : «Lift not the painted veil which those who live call life…»

 «La mort est le voile que les vivants appellent la vie.» dans Cinéma affichelevoiledesillusimm4

Synopsis :
Londres, 1920. Après un mariage trop vite accepté pour convenances sociales, Kitty part avec son mari, Walter, médecin bactériologiste, pour vivre à Shanghai où il doit mener des recherches. Rapidement, la jeune femme tombe amoureuse d’un autre homme.
Lorsque Walter découvre l’adultère dont il est victime, il promet à Kitty de lui accorder un divorce qui ne mentionnera pas son infidélité et lui conservera ainsi une réputation sans tache, si son amant quitte sa femme pour l’épouser. Walter sait que cet homme place sa carrière avant ses nombreuses conquêtes féminines…
Abandonnée par son amant, brisée, Kitty accompagne son mari dans une région où une épidémie de choléra balaie les populations et où les guerres locales font rage…

Donner un peu de bonheur à ceux qui nous aiment, être compréhensif et indulgent avec eux se révèle être le viatique  que nous offre cette oeuvre…avec une interprétation toute en retenue et finesse servie par Edward Norton, la délicieuse Naomi Watts, le fantastique Toby Jones and last but not least Notre mère supérieure et non plus bottée de cuir the unique Diana Rigg… ;-)

 

Délice Paloma

Délice Paloma dans Cinéma delice-paloma

Vous avez besoin d’un permis de construire ? Vous êtes seul un soir ? Appelez la bienfaitrice nationale, Mme Aldjéria : elle vous arrange ça. Celle qui s’est donné le nom du pays ne recule devant aucune combine pour survivre dans l’Algérie d’aujourd’hui. Pour peu qu’elles soient jolies et peu scrupuleuses, ses recrues peuvent faire carrière.
La dernière, Paloma, fait grand effet, en particulier sur Riyad, le fils de Mme Aldjéria. Le rachat des Thermes de Caracalla, le rêve qui devait permettre au clan d’Aldjéria de changer de vie, sera l’affaire de trop.

Do Androids Dream of Electric Sheep?

J’ai vu tant de choses que vous humains ne pourriez pas croire. J’ai vu de grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion. J’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la porte de Tannhauser. Tous ces moments se perdront dans l’oubli comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir.

Do Androids Dream of Electric Sheep? dans Cinéma royzm2

Lire la suite de ‘Do Androids Dream of Electric Sheep?’

The bubble

The bubble dans Cinéma the-bubble-dvd

À Tel-Aviv, le quartier de Sheikin Street, chic et branché, semble être sur une autre planète. Dans cette « bulle de paix ». Lulu, travaille dans un Body shop, Noam chez un disquaire et Yali tient un café. Tous les trois vivent dans la plus grande insouciance et semblent ignorer les conflits qui les entourent. Mais, tout change le jour où Noam rencontre Ashraf, un palestinien au physique ravageur. Une relation forte et érotique commence entre les deux hommes. Ashraf s’installe peu à peu dans le groupe et tous l’aident à rester en Israël clandestinement. Le couple devient un symbole de paix et de compréhension mutuelle. Mais l’utopie de ces jeunes est vite rattrapée par la réalité politique et sociale et la violence atroce du quotidien…

bubble dans Cinéma

La nuit…

…ou la mort des sentiments.

La nuit... dans Cinéma Lanotteposter

Un homme est en train de mourir à l’hôpital. Tommaso écrivain en souffrance, se confie à un couple qui le visite, ses deux meilleurs amis : Lidia  et Giovanni , lui aussi écrivain. Tous les deux expérimentent différemment la douleur de perdre Tommaso. Giovanni se rend ensuite à la fête de lancement de son nouveau livre. Puis, le couple, de plus en plus mutique, se prépare à sortir : leur nuit commence dans une boîte de strip-tease pour s’achever dans une fête donnée dans la villa d’un industriel richissime. La fête s’achève à l’aube sur l’agonie du couple.
Lire la suite de ‘La nuit…’

1...45678



johnjonat |
Se souvenir de... |
Le blésmouti, la biscouti ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Appartement F4
| Nicorette Life
| LOCATION MAISON DE VACANCES...