Archive pour la Catégorie 'Cinéma'

Page 2 sur 8

Alfred Hitchcock, une vie d’ombre et de lumière de Patrick McGilligan

Alfred Hitchcock, une vie d'ombre et de lumière de Patrick McGilligan dans Cinéma 1140960-gf

Biographie complète et distanciée de ce maître du cinéma à ranger auprès du Truffaut, Spoto (son détracteur), Taylor (son hagiographe) et Krohn le plus grand spécialiste contemporain d’Hitchcock, un des meilleurs livres sur Hitchcock tout simplement. Une réussite, ce livre est passionnant, instructif et bat en brèche une serie de clichés sur le personnage.

voir aussi l’article connexe de Bertrand Tavernier

Le Pays du Silence et de l’Obscurité de Werner Herzog

Le pays du silence et de l’obscurité est un documentaire sur les sourds et aveugles et plus particulièrement du début des années 70 sorti juste avant Aguirre . c’est un film saisissant et certainement le film où se révèle tout le génie de Werner Herzog. Intinctivement en allant à la rencontre des limites de l’humanité comme il le ferra plus tard avec Aguirre, Fitzcarraldo, Kaspar Hauser etc..il établit le credo selon lequel c’est aux extrêmes, aux bordures que se manifeste  la force  ultime de l’âme humaine, sa capacité à se transcender dans un élan de spiritualité en donnant le pouvoir à l’imagination et aux rêves mais aussi à se perdre comme un revers d’une même pièce.

Voir aussi la Chronique d’Olivier Bitoun publiée sur DVDClassik.com

The American d’Anton Corbijn

The American d'Anton Corbijn dans Cinéma

Je prend le parti-pris de ne pas dévoiler l’intrigue du film. on peut la trouver aisément sur le net mais je le déconseille vivement. Ce serait gâcher tout le plaisir. Tout ce que je peux dire c’est qu’il s’agit de redemption et d’amour.

Magnifique second film du génial photographe Anton Corbijn après Control.

Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois

 

Ce qu’il y a de très important et c’est en ce sens que ce film est grand, quelque soit sa confession ou le fait qu’on soit athée (Xavier Beauvois l’est) il est signifié la faiblesse de l’être humain, sa finitude.
le frère luc le traduit plusieurs fois dans le film lorsqu’il dit « partir c’est mourir donc je reste » plus tard il cite Pascal il me semble « l’homme est grand en ce qu’il se connaît misérable ». les phrases peuvent paraitre paradoxales mais elles traduisent la force de l’esprit sur la misère de la matière qui est périssable. c’est très fort en ce sens que ça ne relève d’aucun dogme.

Une éducation de Lone Scherfig

Une éducation de Lone Scherfig dans Cinéma

Synopsis : 1961, Angleterre. Jenny a seize ans. Élève brillante, elle se prépare à intégrer Oxford. Sa rencontre avec un homme deux fois plus âgé qu’elle va tout remettre en cause. Dans un monde qui se prépare à vivre la folie des années 60, dans un pays qui passe de Lady Chatterley aux Beatles, Jenny va découvrir la vie, l’amour, Paris, et devoir choisir son existence.

 Coup de coeur pour ce film. tout y est, l’émotion toujours appropriée, l’intelligence du propos et la finesse de l’interprétation, excellent casting avec une mention très spéciale à Carey Mulligan. Une très grande actrice est née.

Une vie toute neuve d’Ounie Lecomte

Une vie toute neuve d'Ounie Lecomte dans Cinéma Une_vie_toute_neuve_300

En Corée du sud, Jinhee a 9 ans quand son père la place dans orphelinat géré par des religieuses. Elle vit difficilement cet abandon et a du mal à accepter l’idée d’être adoptée. Bien que ce soit la promesse d’une nouvelle vie, c’est aussi faire le deuil de sa famille et de ses nouvelles amies.

Ce film malgré son sujet très émouvant, évite tous les écueils du mélo et pourtant, de par sa justesse j’ai pleuré tout du long. au delà du flot émotionnel dans lequel le film nous emporte, il y a en filigrane une reflexion très fine sur la condition humaine, sa solitude inhérente et sur la suite de deuils et de renoncements à laquelle chaque être humain doit faire face. evidemment lorsqu’un enfant est confronté à cette évidence le message devient encore plus fort et plus touchant.très très beau film

Dans ses yeux

Dans ses yeux dans Cinéma dans-ses-yeux-affiche-du-film

Synopsis : En 1999 à Buenos Aires, un agent fédéral à la retraite, Benjamín Esposito, essaie d’écrire l’histoire d’une affaire criminelle qu’il a traitée 25 ans plus tôt et qui le hante toujours : le viol et le meurtre en juin 1974 d’une jeune femme mariée, Liliana Colotto. Il rencontre sa supérieure de l’époque, Irene, et évoque avec elle l’enquête, qu’en 1974 et 1975 il a menée avec son adjoint, Pablo Sandoval. Les deux hommes, émus par la ferveur de l’amour que le veuf de la victime lui portait et son obstination à arrêter le coupable, ont refusé que le dossier soit classé. Aussi ont-ils désobéi aux ordres afin de retrouver un suspect.

Très beau film sur la passion qui ne tombe jamais dans le mélo.

White Material de Claire Denis

White Material de Claire Denis  dans Cinéma white_material

 

Synopsis : Quelque part en Afrique, dans une région en proie à la guerre civile, Maria refuse d’abandonner sa plantation de café avant la fin de la récolte, malgré la menace qui pèse sur elle et les siens.

Cinéma des non-dits, le cinema de Claire Denis se ressent plus qu’il ne se raconte ou s’intellectualise. chaque plan raconte sa propre vérité, il n’y a rien de superflu. même le final terrible du film nous connecte intimement avec l’état du monde et de l’humanité plus qu’il ne le signifie.

Vivre d’Akira Kurosawa

Vivre d'Akira Kurosawa  dans Cinéma 221_box_348x490

Synopsis :

Dès l’introduction, un narrateur explique que le protagoniste est atteint d’un cancer de l’estomac incurable, et qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre. Il s’agit de Kenji Watanabe, un fonctionnaire veuf en fin de carrière, responsable d’un département des affaires publiques dans un arrondissement de Tōkyō. Sa fonction se résume à écrire ou tamponner des formulaires, sans la moindre utilité, et il a abandonné depuis longtemps toute initiative. Lors d’une visite chez un médecin (qui tente de lui cacher la vérité), il découvre son cancer, et sait qu’il va bientôt mourir. Ce choc, ainsi que le fait qu’il surprenne son fils (pour qui il pensait avoir sacrifié sa vie après la mort de sa femme) et sa belle-fille parler de ses économies après sa mort, lui fait prendre conscience de l’inanité de la vie qu’il a menée et de l’inutilité totale de son travail.

Les films de Kurosawa sont tous porteurs de grands thèmes, Rashomon qui pose la question qu’est ce que la vérité, Vivre comme son nom l’indique porte sur ce qu’est la vie et le sens de la vie. Ikiru (Vivre) est tout simplement un des grands films de l’histoire du cinéma.

Jeux d’été d’Ingmar Bergman

 

Marie, danseuse à l’Opéra de Stockholm, profite de l’ajournement imprévu des répétitions du Lac des cygnes pour s’embarquer vers une petite île proche de la capitale. Là, dans une cabane au bord de l’eau, elle s’abandonne à ses souvenirs et revoit Henrik, un jeune étudiant très épris d’elle. Dans la belle lumière de l’été suédois, elle revoit leurs jeux amoureux…

12345...8



johnjonat |
Se souvenir de... |
Le blésmouti, la biscouti ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Appartement F4
| Nicorette Life
| LOCATION MAISON DE VACANCES...