• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Archive mensuelle de février 2010

Musée Mécanique – Our Changing Skins

Image de prévisualisation YouTube

Two Lovers

Two Lovers dans Cinéma two-lovers-poster

New York. Leonard hésite entre suivre son destin et épouser Sandra,la femme que ses parents lui ont choisi ou se rebeller et écouter ses sentiments pour sa nouvelle voisine, Michelle, belle et volage, dont il est tombé éperdument amoureux. Entre la raison et l’instinct, il va devoir faire le plus difficile des choix…

Bon, ça fait déjà un moment que j’ai vu ce film, mais il mérite bien un petit billet. c’est un chef d’oeuvre, que dis-je c’est le chef d’oeuvre de la décennie passée avec There Will Be Blood.  Le film exprime avec une finesse et une justesse les sentiments des protaganistes, qu’il n’y a rien à dire de plus sinon que c’est parfait !

 

Local Natives – Airplanes

Image de prévisualisation YouTube

Yoko Ogawa, Cristallisation Secrète

 Yoko Ogawa, Cristallisation Secrète dans Littérature 9782742788293

L’île où se déroule cette histoire est depuis toujours soumise à un étrange phénomène : les choses et les êtres semblent promis à une sorte d’effacement diaboliquement orchestré. Quand un matin les oiseaux disparaissent à jamais, la jeune narratrice de ce livre ne s’épanche pas sur cet événement dramatique, le souvenir du chant d’un oiseau s’est évanoui tout comme celui de l’émotion que provoquaient en elle la beauté d’une fleur, la délicatesse d’un parfum, la mort d’un être cher. Après les animaux, les roses, les photographies, les calendriers et les livres, les humains semblent touchés : une partie de leur corps va les abandonner. En ces lieux demeurent pourtant de singuliers personnages. Habités de souvenirs, en proie à la nostalgie, ces êtres sont en danger. Traqués par les chasseurs de mémoires, ils font l’objet de rafles terrifiantes… Un magnifique roman, angoissant, kafkaïen. Une subtile métaphore des régimes totalitaires, à travers laquelle Yoko Ogawa explore les ravages de la peur et ceux de l’insidieux phénomène d’effacement des images, des souvenirs, qui peut conduire à accepter le pire.

Plus qu’une dénonciation des régimes totalitaires, le roman parle de notre lien vis à vis de notre mémoire, de nos souvenirs, qui forgent les êtres que nous sommes. c’est une sorte du cri du coeur qui nous enjoint à ne pas laisser notre passé tomber dans l’oubli,  faute de quoi nous nous nions nous même, nous disparaissons. 

p.s.: c’est pour toi Mimi. c’est pas pour rien que je te l’ai offert.

Clogs – Lantern

Image de prévisualisation YouTube

filmé par Vincent Moon (La blogothèque, Les concerts à emporter)




johnjonat |
Se souvenir de... |
Le blésmouti, la biscouti ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Appartement F4
| Nicorette Life
| LOCATION MAISON DE VACANCES...