• Accueil
  • > Archives pour février 2009

Archive mensuelle de février 2009

Amer Béton

Blanc et Noir, deux orphelins, sèment la terreur dans les rues de Takara, la ville « trésor ». Rackettant bandits, yakuzas et fanatiques religieux, les deux gamins, surnommés les chats pour leur agilité, sont pourtant très différents. Alors que Noir (Le Yin ?) apparaît dur et enragé, Blanc (Le Yang ?) est innocent et lunaire.
Tout bascule le jour où un puissant yakuza décide de les éliminer afin de refaçonner la ville à son image. Mais le pire danger pour les deux frères pourrait venir de leurs démons intérieurs qui menacent de broyer leurs âmes. .

Amer Béton dans Cinéma AMER_BETON_01

trait pur ligne claire pour les personnages, les planches qui servent de décor à cette animation, dessinées avec un souci  prononcé du détail, sont quant à elles de toute beauté.

The decemberists – The crane wife

The decemberists - The crane wife dans Musique Crane_Wife_20070919

Lire la suite de ‘The decemberists – The crane wife’

Un jour sur terre

 Hello little earth…

Un jour sur terre dans Cinéma un_jour_sur_terre

 (à voir absolument en HD)

 

The National – So Far Around The Bend

Image de prévisualisation YouTube

 c’est pas beau ça The National - So Far Around The Bend dans Musique icon_biggrin

Souvenir, The Danse Society – Danse / Move

Image de prévisualisation YouTube

My Brightest Diamond – No Quarter

Image de prévisualisation YouTube

MAGICAL !

A Rebours : Salomé

Un trône se dressait, pareil au maître-autel d’une cathédrale, sous d’innombrables voûtes jaillissant de colonnes trapues ainsi que des piliers romans, émaillées de briques polychromes, serties de mosaïques, incrustées de lapis et de sardoines, dans un palais semblable à une basilique d’une architecture tout à la fois musulmane et byzantine.
Au centre du tabernacle surmontant l’autel précédé de marches en forme de demi-vasques, le Tétrarque Hérode était assis, coiffé d’une tiare, les jambes rapprochées, les mains sur les genoux.
La figure était jaune, parcheminée, annelée de rides, décimée par l’âge; sa longue barbe flottait comme un nuage blanc sur les étoiles en pierreries qui constellaient la robe d’orfroi plaquée sur sa poitrine.
Autour de cette statue, immobile, figée dans une pose hiératique de dieu hindou, des parfums brûlaient, dégorgeant des nuées de vapeurs que trouaient, de même que des yeux phosphorés de bêtes, les feux des pierres enchâssées dans les parois du trône; puis la vapeur montait, se déroulait sous les arcades où la fumée bleue se mêlait à la poudre d’or des grands rayons de jour, tombés des dômes.
Dans l’odeur perverse des parfums, dans l’atmosphère surchauffée de cette église, Salomé, le bras gauche étendu, en un geste de commandement, le bras droit replié, tenant à la hauteur du visage un grand lotus, s’avance lentement sur les pointes, aux accords d’une guitare dont une femme accroupie pince les cordes.
La face recueillie, solennelle, presque auguste, elle commence la lubrique danse qui doit réveiller les sens assoupis du vieil Hérode; ses seins ondulent et, au frottement de ses colliers qui tourbillonnent, leurs bouts se dressent; sur la moiteur de sa peau les diamants, attachés, scintillent; ses bracelets, ses ceintures, ses bagues, crachent des étincelles; sur sa robe triomphale, couturée de perles, ramagée d’argent, lamée d’or, la cuirasse des orfèvreries dont chaque maille est une pierre, entre en combustion, croise des serpenteaux de feu, grouille sur la chair mate, sur la peau rose thé, ainsi que des insectes splendides aux élytres éblouissants, marbrés de carmin, ponctués de jaune aurore, diaprés de bleu d’acier, tigrés de vert paon.
Concentrée, les yeux fixes, semblable à une somnambule, elle ne voit ni le Tétrarque qui frémit, ni sa mère, la féroce Hérodias, qui la surveille, ni l’hermaphrodite ou l’eunuque qui se tient, le sabre au poing, en bas du trône, une terrible figure, voilée jusqu’aux joues, et dont la mamelle de châtré pend, de même qu’une gourde, sous sa tunique bariolée d’orange.
A Rebours : Salomé dans Littérature salome20moreau20187476l

Salomé par Gustave Moreau

Lire la suite de ‘A Rebours : Salomé’

A Rebours: Extrait

La neige tombait. Aux lumières des lampes, des herbes de glace poussaient derrière les vitres bleuâtres et le givre, pareil à du sucre fondu, scintillait dans les culs de bouteille des carreaux étiquetés d’or.
Un silence profond enveloppait la maisonnette engourdie dans les ténèbres.
Des Esseintes rêvassait; le brasier chargé de bûches emplissait d’effluves brûlants la pièce; il entrouvrit la fenêtre.
Ainsi qu’une haute tenture de contre-hermine, le ciel se levait devant lui, noir et moucheté de blanc.
Un vent glacial courut, accéléra le vol éperdu de la neige, intervertit l’ordre des couleurs.
La tenture héraldique du ciel se retourna, devint une véritable hermine blanche, mouchetée de noir, à son tour, par les points de nuit dispersés entre les flocons.

Susheela Raman – Mahima

Image de prévisualisation YouTube

 Susheela Raman - Mahima dans Musique levitation

Mia Doi Todd – The Golden State

Mia Doi Todd est née en 1975 aux Etats-Unis d’un père japonais et d’une mère irlandaise, après une maîtrise dans la prestigieuse université américaine de Yale, elle se lance dans la musique en 1997. Après  deux premiers disques folk assez minimalistes,  elle fait un séjour d’études pendant un an au Japon puis revient avec un nouvel album, plus dépouillé que jamais. En 2002, Elle sort The Golden State un album composé d’un choix de morceaux issus de ses précédents enregistrements  et réorchestré avec une instrumentation plus étoffée. l’album  reçoit un accueil critique très positif.

Dotée d’une voix profonde, presque mystique elle possède en sus une écriture très élaborée. Sa musique d’une discrétion fragile allie le classicisme de la musique folk nord américaine à une légère teinte orientale marque de son originalité et de sa beauté toute particulière.

Mia Doi Todd - The Golden State dans Musique Mia_Doi_Todd_-_The_Golden_State

Lire la suite de ‘Mia Doi Todd – The Golden State’

12



johnjonat |
Se souvenir de... |
Le blésmouti, la biscouti ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Appartement F4
| Nicorette Life
| LOCATION MAISON DE VACANCES...