• Accueil
  • > Archives pour septembre 2008

Archive mensuelle de septembre 2008

Tori Amos at Montreux 1991

Réputé pour son nez creux et ses oreilles expertes, Claude Nobs, fondateur du festival de Montreux ne s’était pas trompé en invitant Tori Amos et son piano au début des années 90, juste avant et juste après la parution de Little Earthquakes, premier volet d’une impressionnante discographie. C’est dans ce simple appareil, voix perchée dans les étoiles et doigts galopant sur l’ivoire et l’ébène, que cette native de Caroline (élevée dans le Maryland) donnait déjà toute la mesure de son talent de singer-songwriter à forte personnalité. Entre Kate Bush, Joni Mitchell et Ricky Lee Jones, elle confirmait tous les espoirs placés en elle par son label, persuadé que les scènes d’Europe seraient bénéfiques à sa carrière.

 Image de prévisualisation YouTube

 ici l’interprétation d’une des plus belles chansons sur l’enfance que je connaisse. je me surprend toujours à fredonner ce magnifique refrain

When you gonna make up your mind
When you gonna love you as much as I do
When you gonna make up your mind
Cause things are gonna change so fast
All the white horses are still in bed
I tell you that Ill always want you near
You say that things change my dear

j’en ai encore des frissons…

 

Le Vampire

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon coeur plaintif es entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,

De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine;
Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l’ivrogne,
Comme aux vermines la charogne
Maudite, maudite sois-tu!

J’ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j’ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.

Hélas! le poison et le glaive
M’ont pris en dédain et m’ont dit:
« Tu n’es pas digne qu’on t’enlève
A ton esclavage maudit, »

« Imbécile! de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire! »
 

C. Baudelaire

 

Jenny Lewis

 Jenny Lewis dans Musique l_0a1f10

 

Image de prévisualisation YouTube

The smiths

Image de prévisualisation YouTube

Stop me, oh, stop me
Stop me if you think that you’ve
Heard this one before
Stop me, oh, stop me
Stop me if you think that you’ve heard this one before

Nothing’s changed
I still love you, oh, I still love you…

The Smiths étaient des artistes accomplis car  ils pouvaient  vous faire comprendre ce qu’ il y a d’important dans votre vie. Anonyme

Splendor in the grass

Splendor in the grass dans Cinéma affichelafievredanslesapb2

En 1929, dans une petite ville du Kansas, Bud, fils d’un riche propriétaire, et Deanie, fille d’un petit actionnaire, s’aiment passionnément et songent à se marier. Mais les préjugés sont trop forts, et leurs parents s’opposent à cette union…

Lire la suite de ‘Splendor in the grass’

Berlin

Berlin sorti en 1973 est le troisième album de Lou Reed. Mélancolique il conte la chute d’un couple, Jim et Caroline qui cotoient le côté sombre.

Berlin dans Musique loureed_berlin

Lire la suite de ‘Berlin’

Naissance Des Pieuvres

Naissance Des Pieuvres dans Cinéma affichenaissancedespieuzy7

Trois adolescentes dans les vestiaires d’une piscine : c’est le postulat du premier film de Céline Sciamma, 27 ans. Pour prendre le spectateur à contre-pied, refouler tous les clichés et refuser tous les fantasmes générés par ce type de situation. Au départ, il y a deux copines, Anne la grosse et Marie la maigre. Conformes ni l’une ni l’autre aux canons de la séduction, elles ont peur de suer sous les bras, de « puer de la gueule », de dégoûter. Cette radiographie de la naissance de la féminité est placée sous le signe de la cruauté. Floriane, la troisième, est une belle blonde et un sujet de malentendus…

Une femme coréenne

Une femme coréenne dans Cinéma affichefemmecoreenne200wl0

Mariée à un avocat brillant et fortuné, Hojung élève l’enfant que leur couple a adopté. La désaffection de son époux, à laquelle s’ajoutent ses mensonges éhontés, ne constituent pas la seule préoccupation de cette femme élégante : son beau-père, miné par un alcoolisme dont il s’évertue de façon kamikaze à accentuer les effets, est en train de pousser ses derniers soupirs d’une manière pas vraiment digne. Hojung trouve une alternative dans la fréquentation de l’un de ses voisins, un adolescent turbulent en compagnie duquel elle se plaie à flirter. Tandis que son mari est impliqué dans un accident de la route en compagnie de sa maîtresse, elle commence à s’émanciper de son univers domestique.

Stephen J. Clark, The Singing Garden

 Stephen J. Clark, The Singing Garden dans Art l8abf7424ce0b796a91d73c493b9ded31

la963e93aaf078630e40fb3b35c522611 dans Peinture

Site › http://www.thesinginggarden.co.uk/

 

Control

La vie de Ian Curtis, leader du groupe mythique de rock anglais Joy Division. Tiraillé entre sa vie de famille, sa gloire naissante et son amour pour une autre femme, Ian Curtis s’est suicidé le 18 mai 1980, à la veille de la première tournée américaine du groupe qui s’annonçait triomphale.

Non, Ian Curtis n’était pas suicidaire, non il n’était pas dépressif. Ian était simplement une personne hypersensible ce qu’on appelle une belle personne. Il n’a pas su gérer cette hypersensiblité et comme le dit si judicieusement le titre du film il n’a pas su la contrôler.Voilà le drame de cette histoire. Cette histoire dans l’Histoire du rock, Anton Corbijn a su en faire un très beau film et s’extirper des poncifs du genre. Joy Division n’est pas entré dans la légende à cause d’un cri déchirant au petit matin blême mais bien parce son chanteur avec un talent et une sensibilité hors du commun a écrit des textes qui touchent ce qui a de plus noble en nous. Merci à Anton pour l’avoir signifié, enfin un film digne de la musique dont je suis le plus proche. C’est un grand hommage et celà m’a énormément touché.

12



johnjonat |
Se souvenir de... |
Le blésmouti, la biscouti ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Appartement F4
| Nicorette Life
| LOCATION MAISON DE VACANCES...